3 jours en Ecosse

 

Capture d’écran 2016-03-11 à 18.39.19.jpg

 

ECOSSE. Février 2016. 

 

Mardi 23 Février. 

 

Après les chaleurs extrêmes du Sri Lanka, nous avions besoin d’un peu de fraîcheur. Vous allez me dire, quand on vit en France, pas besoin de fraîcheur !! C’est pas faux. Mais il fallait bien trouver une excuse à ce séjour.

L’Ecosse a cet avantage qu’il ne faut pas beaucoup de préparation, et c’est à 1 bonne heure de vol de Paris.

C’est donc 2 jours avant que nous avons trouvé des billets d’avion à un tarif plutôt correct avec Hop, le low cost d’Air France, qui n’a de low cost que le nom, parce que malgré la courte durée du vol, nous avons tout de même droit à une petite collation et des boissons, ainsi que le choix des sièges.

Le survol d’Edimbourg est le 1er bon moment du séjour. La vision des montagnes avoisinantes nous mets tout de suite dans le bain d’un séjour qui sera résolument tourné vers les superbes paysages du pays. D’autant que nous arrivons avec le soleil qui nous offre une lumière particulièrement magique en cette fin d’après midi d’hiver.

Après avoir récupéré la voiture de location (les comptoirs se situent juste en dehors de l’aéroport), je fais mon grand baptême de la conduite à gauche. Certes j’avais pu tester un peu au Sri Lanka, mais entre un scooter et une voiture, il y a une légère différence. Au final, on s’y fait assez vite, mais ça reste quand même assez particulier.

Nous avions fait une réservation en ligne pour la voiture, via ce siteVous trouverez des agences vraiment pas chères, mais nous avons préféré jouer la sûreté en passant par Avis. Louer une voiture reste toujours un facteur de stress et je pense qu’il ne faut pas voir que le prix. Pour information, nous avons payé 70 euros pour une location d’une Fort Fiesta du mardi au vendredi. Une vingtaine d’euros par jour me semble honnête, pour une voiture en parfait état et la simplicité de la récupération de la voiture ne nous a pas fait regretter notre choix.

Rejoindre Edimbourg est tout ce qu’il y a de plus simple, on peut largement se passer de la location d’un GPS à 15 euros par jour !! Nous avions réservé un hôtel un peu en dehors du centre ville afin de ne pas être embêté pour garer la voiture. En dehors de cet avantage, je pense qu’on aurait quand même choisi de dormir là car il reste abordable et situé dans une très grande maison typique à la décoration très soignée.

Le Murrayfield Hotel est situé sur la route principale menant de l’aéroport au centre ville. A ce propos, si vous ne louez pas de voiture et souhaitez juste visiter Edimbourg, des bus très réguliers font le trajet pour la modique somme de 4 livres l’aller-retour.

Comme dans toutes les grandes villes, le stationnement n’est pas donné et pas toujours évident, mais à partir de 18h30 on peut facilement accéder et se garer gratuitement à 2 pas du château d’Edimbourg. A cette heure là, et surtout au mois de février, il n’y a pas grand monde dans les rues, et on est directement plongés dans l’ambiance écossaise telle qu’on se l’est toujours imaginés !! Il fait froid, humide, et on a qu’une hâte : rentrer au chaud déguster un repas typique en buvant une bonne bière.

Comme souvent, malgré la diversité des restaurants, on met un peu de temps à choisir, il serait dommage de se planter pour notre premier repas écossais !! C’est donc par le célèbre (ou pas…je n’en avais jamais entendu parler) Haggis que nous débutons notre découverte de cette nourriture si particulière des pays anglo-saxons. Nous n’en avons pris qu’un histoire d’assurer nos arrière au cas où…

Au final, ça ressemble à un hachis parmentier un peu amélioré. C’est ni super bon, ni mauvais. Disons que ce sera le seul qu’on aura pris du séjour…

 

Mercredi 24 Février. 

 

Si vous choisissez le Murrayfield Hotel vous n’êtes pas obligés de prendre l’option petit déjeuner qui est plutôt onéreuse. Il est possible de prendre un petit déjeuner classique pour une dizaine d’euros pour 2. Le vrai “scottish breakfast” est…so british…je ne vous fait pas le détail, mais pour qui petit déjeune encore au Nesquik, difficile de passer de l’un à l’autre sans transition aucune !!

Si nous avons loué une voiture, c’est pour aller découvrir les environs plus ou moins proches d’Edimbourg. Au final, vous verrez qu’on a envie d’aller toujours plus loin, toujours plus haut. Un peu comme l’appel des profondeurs en plongée sous-marine !!

Nous n’avions réservé que la première nuit à Edimbourg, ne sachant pas jusqu’où nous irions dans notre découverte des fameuses Highlands, littéralement “Hautes Terres”. Là encore, pas besoin de GPS, un petit retour à l’ancienne (avec l’itinéraire préalablement chargé sur le téléphone quand même…on ne se refait pas) ne fait pas de mal.

Après une grosse heure de route, la première étape se fait à Callander, charmante ville (ville en Ecosse s’apparente à village chez nous. Et village là bas s’apparente à…..ruelle chez nous !!) apparemment très touristique en saison. Nous pensions y passer un peu de temps, voir y dormir, mais finalement nous poursuivons un peu la route et tournons au hasard un peu plus loin sur la gauche. Il est parfois bon de ne pas trop préparer son voyage pour pouvoir laisser de la place à l’improvisation. Sans vraiment le savoir, nous venons d’entrer dans une partie du parc national du Loch Lomond et des Trossachs.

Le soleil est au rendez-vous, accompagné d’un ciel parfaitement bleu. Autant vous dire que le charme opère directement. Le premier Loch dans lequel les montagnes enneigées se reflète nous laisse sans voix (façon de parler bien sûr, parce qu’en réalité, je crois qu’on arrêtait pas d’exprimer notre plaisir). La minuscule route le longeant nous enchante littéralement. Nous commençons tout juste à comprendre pourquoi tant de gens tombent amoureux de l’Ecosse.

 

IMG_9278-Modifier-2.jpgIMG_9283-Modifier-2.jpg

 

La route est un voyage à elle seule, et nous n’avons encore rien vu…

Il faut toutefois rester concentré sur sa conduite car les routes sont très étroites et sinueuses, mais quel plaisir de traverser cette variété de paysages. Impossible de ne pas songer au Seigneur des Anneaux et ses elfes, ou à Harry Potter. J’en rajoute à peine, c’est toujours difficile à décrire. Le mieux étant d’y aller, d’où ce récit rédigé en partenariat avec l’Ecosse qui me rémunère assez juteusement (si seulement…).

Après avoir roulés 2 bonnes heures dans ces paysages, nous faisons un petit retour en arrière sur Callander où nous trouvons une adresse bien sympathique pour déjeuner : Taste of the TrossachsUne adresse sans prétention dans laquelle on se souviendra longtemps de l’accueil très familier de la propriétaire. A recommander !!

Il se fait déjà tard et il nous reste pas mal de route à parcourir avant d’arriver à Glen Coe. Comme je l’ai dit, nous n’avions encore rien vu. Plus nous montons vers le nord, plus les paysages sont grandioses. Le paysage change complètement. Nous passons des forêts et Loch aux montagnes aux sommets enneigés, avec cette impression d’arriver au bout du monde.

 

 

IMG_9344-Modifier-2.jpg24022016-IMG_9310-Modifier-Modifier-2.jpg

Dire qu’il paraît qu’il y a encore plus grandiose plus au nord. Et je n’ose même pas imaginer à quoi peut bien ressembler l’Islande ou la Norvège.

C’est d’autant plus beau que nous avons énormément de chance (on ne cessera de nous le répéter tout au long du séjour) d’avoir du soleil. Il est vrai que même si nous nous attendions (et avions même envie) à avoir de la pluie et de la brume, cette lumière ensoleillée de fin de journée rend le moment intensément magique (si vous trouvez que j’en fais trop, voyez les photos…).

 

IMG_9354-Modifier-Modifier-2.jpgIMG_9358-2.jpgIMG_9390-Modifier-2.jpg

 

Comme souvent dans les road trip, on a envie de s’arrêter toutes les 5 minutes. Que ce soit pour prendre des photos ou simplement apprécier le spectacle qui s’offre à nous, mais la lumière d’hiver décline rapidement et il nous faut rejoindre Glen Coe avant la nuit si on veut encore en profiter un peu là bas.

La ville (comprenez donc village…) de Glen Coe est située sur le Loch Leven, entourée de montagnes servant de base à de nombreuses randonnées. L’endroit est superbe. Il ne nous reste qu’à trouver un hôtel. Ce sera chose faite au Loch Leven Hotelun charmant endroit qui, comme son nom l’indique, borde le Loch Leven que l’on peut apprécié depuis la chambre.

Le soleil est déjà presque couché, nous en profitons donc encore un peu pour essayer de faire quelques photos dans les environs.

Je ne sais pas comment cela se passe à d’autres saisons, mais d’une manière générale, quand on arrive dans sa Guest House ou son hôtel au mois de février, on a plus tellement envie d’en sortir. D’abord parce qu’il fait froid, mais aussi parce qu’en dehors de ces adresses, il n’y a pas grand chose, pour ne pas dire rien.

C’est donc à l’hôtel que l’on dînera. D’où l’intérêt de choisir des adresses dans lesquelles on se sent bien.

 

Jeudi 25 Février. 

 

Cette fois ci le Scottish breakfast était inclus dans le prix de la chambre. Mais heureusement pour nous, il y a aussi la possibilité de choisir entre différents menus, et c’est au saumon que nous petit déjeunerons !! Rien que ça !! (le mix saumon-porridge et céréales est un must).

Lorsque l’on se trouve à Glen Coe, plusieurs options s’offrent à nous (et à vous aussi d’ailleurs). L’endroit mérite facilement un séjour d’une semaine tant les possibilités de visites sont nombreuses, à commencer par les randonnées alentours. On peut aussi monter plus vers le nord en direction de Fort Williams, ville apparemment assez touristique grâce à sa proximité avec le fameux Loch Ness.

Ne disposant pas suffisamment de temps, nous avons choisi d’aller un peu plus vers l’ouest en direction du Loc Linnhe, à l’embouchure de l’Océan Atlantique. Une fois de plus le décor est grandiose en suivant la route longeant ce Loch dont les montagnes de l’autre côté de la rive nous donnent l’impression d’être dans un fjord.

 

IMG_9483-Modifier-2.jpgIMG_9486-Modifier-2.jpg

 

Au détour d’un virage nous voyons notre premier château écossais, le Castle Stalker perché sur son minuscule îlot inaccessible. Nous poursuivons encore un peu en direction du minuscule Port Appin. Cette ambiance de bout du monde est vraiment agréable. On commence à sentir la mer au loin.

Mais nous décidons de faire demi-tour de façon à aller marcher dans les montagnes sur le route de Glen Coe. Cette petite boucle nous aura en tout cas permis de découvrir une autre petite partie du pays et nous aura vraiment donné envie de revenir et d’en voir beaucoup plus.

Petit arrêt à Glen Coe pour acheter un casse-croûte (il n’y a pas grand chose entre Glen Coe et la ville suivante, mieux vaut prévoir). En route pour les célèbres “Three Sisters”, 3 montagnes côte à côte qui bordent la route. Impossible de les prendre en photo ensemble tant elles sont imposantes. C’est aussi le point de départ d’une randonnée menant à la Hidden Valley, qui restera cachée jusqu’à ce que nous y retournions…

Nous faisons quand même une partie de la promenade car il m’a semblé distinguer au loin un troupeau de cerfs. Petit conseil d’ami : prévoyez des bottes ou des chaussures très très imperméables si vous voulez vous aventurer un peu dans la tourbe qui longe les chemins….

 

IMG_9566-Modifier-2.jpg

 

C’est donc avec les pieds (plus ou moins selon les personnes) humides que nous continuons notre progression en nous arrêtant un peu plus loin sur la route pour faire une nouvelle promenade en direction de ces montagnes décidément très attirantes. Une légère pluie s’est invitée entre temps, mais nous essayons malgré tout d’atteindre la neige qu’on voit un peu plus loin. Nous avons l’impression d’être seuls au monde, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

 

IMG_9584-Modifier-2.jpg

 

La journée passe vite et si nous voulons découvrir d’autres paysages il nous faut donc rentrer à la voiture pour poursuivre l’aventure. Nous empruntons une route sans savoir où elle va nous mener, mais ne regrettons pas du tout ce détour. Cette toute petite route est absolument sublime, comme partout j’en conviens, mais celle ci encore plus !! Peut être est ce liée aux percées lumineuses auxquelles on a droit.

 

IMG_9643-Modifier-2.jpgIMG_9657-Modifier-2.jpg

 

Ce sera également l’occasion de tenter d’approcher les cerfs d’encore plus près. Prévoyez vraiment des chaussures adaptées (voire des bottes), car dès qu’on sort des chemins, on se retrouve dans une espèce de tourbière qui nous rappelle que Frodon et Sam ont vraiment du galérer dans leur mission…

 

 

25022016-IMG_9709.jpgIMG_9723-Modifier-Modifier-2.jpgIMG_9673-Modifier-2.jpgIMG_9678-Modifier-2.jpg

Malheureusement, cette route ne mène pas vers Edimbourg, nous devons donc faire demi-tour pour rejoindre la route principale pour une dernière étape : la station de ski de Glen Coe. On est évidemment bien loin de nos énormes station des Alpes, mais ça vaut le coup d’oeil ! Je doute fort de la qualité de la neige, mais j’aurais aimé, pour le fun, pouvoir y passer une demi-journée.

L’ambiance météo est totalement différente de la veille, et même si nous regrettons beaucoup de devoir rentrer sur Edimbourg, nous ne louperons pas de sunset magique, c’est déjà ça !!

 

25022016-IMG_9725-Modifier-2.jpg

 

Vendredi 26 Février. 

 

Pour la dernière journée de ce court séjour nous allons pouvoir visiter un peu la vieille ville d’Edimbourg. Nous avons encore la voiture, et comme je l’avais dit au début du récit, se garer dans le centre en journée n’est pas évident. Nous sommes donc obligés d’aller dans un parking payant au pied du château. 14 livres pour quelques heures !! Même Paris n’est pas aussi chère…

Il y a déjà plus de monde que lors de notre première soirée. Même en février la ville est largement plébiscitée par les touristes. Nous débutons par l’incontournable château, sans toutefois prendre le temps de le visiter à l’intérieur (par faute de temps, et d’intérêt par rapport au prix un peu excessif).

La vielle ville est vraiment charmante avec sa succession de boutiques, de coffee shop et de restaurants et il nous reste à essayer un autre classique écossais : les fish and chips. Attention, amateurs de cuisine fine/gastronomique et peu calorique, passez votre chemin. C’est au Pub “The World’s End” que nous gouterons ce qui n’est ni plus ni moins que du poisson pané avec des frites et des légumes accompagnés d’une bonne bière (tout est relatif, si on est vraiment amateurs de bières, l’Ecosse n’est pas le meilleur pays pour ça…). C’est surtout pour l’ambiance qu’on va dans ce genre d’endroit. Ils nous permettent de nous rendre compte (si vraiment on avait besoin de ça) à quel point les anglo-saxons sont sympathiques et accueillants.

 

C’est ici que s’achève le récit de ces quelques jours bien trop courts dans ce superbe pays qui nous a vraiment donné très envie de pouvoir y retourner afin d’en découvrir plus. Je suis sûr qu’à travers ces quelques images vous aurez vous aussi envie de plonger dans l’ambiance écossaise alors foncez, et si vous avez besoin, envoyez moi un message ou laissez un commentaire en bas de cette page. N’hésitez pas non plus à partager cet article autour de vous, cela pourra peut être aider vos amis à s’organiser.