V

Visiter le Laos

 

visiter le laos tribu akha

 

Sabadee !!!

Vous entendrez souvent ce mot !

Thaïlande, Inde, Vietnam, Birmanie, Sri Lanka, Bali, Singapour, Hong Kong, Chine, voici que je complète mon expérience asiatique avec le Laos.

Pays enclavé entre la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam et la Chine, il se visite souvent en séjour combiné avec la Thaïlande ou le Cambodge.

Ca faisait un moment que j’avais envie de découvrir cette partie de l’Asie. Ce sera finalement sur un coup de tête que nous prendrons les billets. Un samedi pour un départ le mardi suivant. A peine 3 jours pour nous préparer et réaliser !

Contrairement à certains autres voyages que j’avais organisé à l’avance, cette fois, à part la première nuit à Vientiane, ce sera au jour le jour. Découverte totale puisque je ne sais pas vraiment ce qu’il y a à voir ni à faire au Laos .

Comme pour l’article sur le Sri Lanka, je vais diviser cette visite du Laos en 3 parties afin de rendre le tout plus digeste. Ben oui, comme d’habitude j’aime bien raconter ma vie, les expériences, et mes bons plans, et il y a beaucoup à dire sur cet incroyable séjour. 

Les 3 parties suivront le déroulé de notre voyage : la première sera donc consacrée aux conseils généraux, à Vientiane, et à Luang Prabang. La seconde à Phongsali et le trek dans les tribus Akhas. Et la troisième à la boucle de Thakehk. 

Préparer votre voyage au Laos : 

Le Laos est un pays qui se visite très facilement. Comme ses voisins, il suffit d’être un minimum débrouillard. Si vous ne parlez pas anglais, aucun problème, rares sont les laotiens à le parler également. Tout se fait donc par déduction et à base de sourires ! 

Contrairement à d’autres pays où il faut demander un visa avant d’arriver, l’avantage du Laos est qu’on peut obtenir le visa à l’arrivée aux aéroports de Vientiane ou Luang Prabang. La seule petite astuce à savoir est qu’il faut payer en dollars (35 dollars pour être précis). Retirer donc des dollars en arrivant à Bangkok par exemple. 

Pour le reste, il n’y a pas grand chose à préparer, sauf si vous êtes un dingue de l’organisation, mais on perd alors l’avantage de pouvoir prendre son temps et décider de son programme en fonction de ce que l’on découvre sur place. Notre voyage a eu lieu fin novembre/début décembre. A cette période il y avait très peu de voyageurs, donc il était totalement inutile de réserver ses hôtels ou Guesthouse. 

Budget à prévoir : 

Comme souvent dans les pays du sud est, les prix sont plus qu’abordables et ça fait du bien ! 

On paye en Kip : 10000 Kip = 1€. Pratique. 

Le tarif d’une bière est un moyen comme un autre de connaître le niveau des prix d’un pays. Dans les pays scandinaves tu bois peu. En Asie tu peux boire beaucoup (je n’ai pas dit qu’il fallait le faire !). 
En gros, la grande bouteille de bière se paye 15000 Kip, soit 1,5€.

Le prix d’un plat dans un restaurant laotien est compris entre 1,5€ et 4€. On peut donc très facilement se faire plaisir. Le “problème” c’est qu’à ce prix là on a souvent tendance à commander plus qu’il ne faut, ce qui peut parfois faire grimper la note à 10€ par repas. 

Le tarif d’une location de scooter est compris entre 6 et 10€ selon les endroits. 

Le tarif des transports locaux est également tout à fait abordable. Les tarifs pour les longues distances sont parfois les mêmes pour les mini-van que pour les bus. Mais le mini-van n’est pas forcément plus confortable. Loin de là d’ailleurs….on se souviendra longtemps du trajet Luang Prabang/Phongsali !!

On a très peu empruntés les tuk-tuk mais ils sont plus cher qu’ailleurs. Mais parfois on a pas vraiment le choix pour relier le centre-ville. A moins d’utiliser ses petites jambes, mais les gares routières sont souvent situées à plusieurs kilomètres des villes et sont rarement désservies par les bus locaux. 

Où dormir ?

Pour le logement, une chambre double dans une Guesthouse coûte environ 10€. A ce prix là, le confort est vraiment excellent par rapport à ce qu’on pourrait imaginer. 

Si vous faites la boucle de Thakhek à moto, je vous conseille de dormir à la Phosy Thalang Guesthouse.Vous pouvez réserver via Booking, ou par Wattsapp si vous êtes sur la route et que vous voulez vous assurer d’avoir une chambre. Les bungalows sont agréables et on y mange vraiment bien. 

On s’est aussi fait un petit plaisir du côté de Konglor en logeant au Spring River Resort pour environ 45€ par nuit. Mais ça valait clairement le coup.

A Vientiane, je vous conseille le Champa Boutique Hotel. Pour le prix ne vous privez pas d’un peu de confort après le long voyage depuis la France (35€ pour une belle chambre tout confort), dans l’une des rues les plus animée de la ville avec un super resto juste en face (Ms Manivore). 

A Luang Prabang il semble y avoir pas mal d’adresses de charme et aussi de très beaux endroits plus luxueux. Je vous conseille Frangipani Inn. Une Sympathique Gh bien placée avec des chambres lumineuses (préférez celles tout en haut). 

A Thakehk, une seule adresse : Inthira Thakehk. Pour 30 euros il serait fort dommage de se priver d’une belle chambre confortable avec une vraie douche. 

Et enfin, à Phongsali, dormez à la Villa Amazing Guesthouse qui, comme son nom ne l’indique pas n’est ni une villa, et encore moins amazing, mais pour 8 euros, vous aurez une grande chambre confortable et surtout c’est là que vous réserverez votre trek à la rencontre des populations Akhas ! 

 

Alors ? Prêts à visiter le Laos ? 

 

Mardi 19 novembre 2019 – De Lille à Vientiane

 

Lever 5h. Métro, boul…nan. Métro jusqu’à la gare puis bus vers l’aéroport de Bruxelles. Arrivée à 9h pour un vol à 13h. On est larges !!

Baguette + fromage installés à un café. On découvre un peu le Lonely Planet. Le temps passe assez vite.

Le voyage commence dans l’avion. On a pris la Thai Airways. 610 euros A/R jusqu’à Vientiane avec escale de 3h à Bangkok.

Il est bientôt 6h du mat’ heure locale. Mais minuit chez nous. Et évidemment c’est le moment où on a envie de redormir.

Mais non. On attend 3h à Bangkok. Ca passe assez vite.
Re-avion pour une bonne heure de vol jusqu’à la capitale du Laos : Vientiane.

Le passage pour le VISA est plutôt rapide. Pas vraiment sympa. Les mecs enchaînent sans sourire ni parler. Boulot de merde…30 dollars par visa. Toujours moins relou et moins cher que d’envoyer son passeport à Paris. De toute façon, vu qu’on a pris nos billets le samedi pour partir le mardi, il fallait un pays sans visa ou avec la possibilité de le récupérer à l’aéroport.

Ca y est. On y est.

L’aéroport semble être d’un autre temps. Ou alors suspendu dans le temps. On est vraiment loin du monde. Alors même qu’il s’agit d’une capitale…

On récupère rapidement nos sacs puis on voit s’il y a un bus qui nous amène dans le centre . Mais il faut attendre 20mn, et la différence de prix avec le taxi n’est pas suffisamment importante pour s’en priver (3€ contre 6€).

15mn après nous voilà arrivés à l’hôtel préalablement réservé.

Quelques bungalows confortables dans un jardin verdoyant. Un petit havre de paix au coeur de la capitale elle-même plutôt calme. Agréable en tout cas.

La chambre n’étant pas encore prête on part à la recherche d’un bureau de change. La monnaie locale est le Lak.
100.000 Kip = 10€

Il fait plutôt bon. Pas du tout humide, c’est assez agréable.

La ville est vraiment très calme. C’est assez étonnant pour une capitale. On l’avait lu mais on ne savait pas bien à quoi s’attendre.

On ne croise que très peu de touristes, une dizaine tout au plus. Il n’y a finalement pas grand chose à raconter sur Vientiane. On aura surtout passés le temps à manger et se reposer un peu en attendant d’aller visiter le night market pour y manger.

La ville s’anime un peu le soir. Mais vraiment un petit peu. Le night market ne propose rien d’intéressant en soi, il s’agit principalement de produits chinois sans intérêt. Mais il est amusant et agréable de s’y rendre.

Les habitants font du sport le long du Mekong en appréciant le coucher de soleil et la fraîcheur du soir tombant.

 

 

On décide ensuite de s’attabler à l’un des petits restos du night market proposant des plats typiquement laotien dont je ne saurais retrouver le nom de celui qu’on a finalement choisis. 

On nous amène un bouillon dans lequel on doit faire cuire la viande et les légumes amenés à table . Une sorte de fondue mais à la mode laotienne . Pas mauvais.

On enchaîne avec une banana pancake bien grasse puis dodo. Le décalage horaire se fait quand même un peu sentir.

 

Mercredi 20 novembre – De Vientiane à Luang Prabang

 

La veille on a pris les billets pour le bus de nuit rejoignant Luang Prabang. L’ancienne capitale du Laos.

On est passés par l’intermédiaire du ”réceptionniste” qui ne parlait qu’un anglais très sommaire.

Il nous annonce un départ à 18h. On a donc toute la journée pour partir à la découverte de la capitale .

Après un bon petit-déjeuner dans le calme jardin de la Gh, on se met en route pour les quelques 5km nous séparant du Pha That Luang, le stuppa figurant sur les billets.

 

 

Quand bien même on est dans une capitale, elle reflète bien la situation économique du pays : c’est pauvre. Il y a encore de nombreuses rues en terre.

Après une bonne heure on arrive au Vat (Stuppa). Il y a quelques visiteurs, mais on est loin de l’affluence touristique de la plupart des sites importants d’Asie.

Il commence à faire chaud. L’air est sec et poussiéreux et rien d’autre dans la ville ne nous intéresse vraiment. Du coup on retourne dans le centre ville par une autre route en direction du marché. Qui n’est pas très intéressant non plus.

 

 

On décide alors de se poser à la terrasse d’un café pour y déguster des shake bien frais avant d’aller nous poser à une autre terrasse pour boire de la Lao Beer en pression et un café glacé en attendant d’aller au resto juste à côté pour y déguster d’excellents Spring Rolls bien frais et autres Nems.

De quoi nous caler pour la nuit à passer dans le bus.

 

Visiter le Laos enfant avec cahier dans ecole vientiane

 

On rentre à l’hôtel afin d’attendre le van devant nous amener à la gare routière. Celui-ci était prévu à 18h. 18h30. Toujours personne.

Une voiture bloque la route devant l’hôtel, heureusement très peu utilisée. L’occasion de nous rendre compte de la nonchalance et du calme des laotiens qui cherchent désespérément la propriétaire du véhicule qui aurait pu se garer en faisant en sorte de ne pas gêner le passage.

Quand je dis désespérément, en réalité ça ne les stresse pas vraiment.

Pas moyen de mettre la main sur la dame. En France ça fait longtemps que la police serait intervenue…

Et pendant ce temps là le chauffeur n’est toujours pas arrivé. On se demande comment un bus censé partir à 18h pourrait nous attendre mais notre habitude de l’Asie nous permet de ne pas vraiment stresser. En réalité le chauffeur fait le pick-up entre les différents hôtels afin de récupérer les voyageurs pour la gare routière située en dehors de la ville.

Le bus pour Luang Prabang ne partant finalement qu’à 20h30.

On a choisi un trajet de nuit, bien pratique puisqu’il permet d’économiser une nuit d’hôtel et de ne pas perdre de temps dans le voyage (vous verrez par la suite que ça n’aura pas été le cas tout le temps puisqu’on aura droit à plus de 26h de bus…).

Il s’agit d’un sleeper bus. Il y a des couchettes. Super agréable et confortable.

Encore faut il savoir dormir en étant ballottés dans tous les sens et en ”appréciant” la musique à fond dans les enceintes. Un classique en Asie.

Après réflexion, j’imagine que c’est pour que le chauffeur reste éveillé….alors on l’excusera sans problème.

 

Jeudi 21 Novembre : Luang Prabang

 

Après 13h de trajet (20h-7h), nous voici arrivés à Luang Prabang. Il fait jour. Il fait bon. On sort de la gare routière afin de ne pas être harcelés par les tuk tuk (mais finalement au Laos les gars sont aussi tranquilles que dans le reste du pays, aucun harcèlement comme ça peut-être le cas en Inde ou en Birmanie par exemple).

On rejoindra finalement un français avec lequel on avait un peu discuté sur le trajet pour emprunter un tuk tuk collectif nous amenant dans le centre (vous n’aurez pas vraiment d’autres possibilités que ces tuk tuk collectifs).

On avait repérés quelques adresses sur Booking au préalable sans pour autant avoir rien réserver afin de se laisser le choix de la chambre qui nous plaira le plus.

Et on a bien fait parce que certaines adresses repérées s’avéraient très décevantes et peu charmantes.

C’est finalement celle qui m’avait le plus tapée dans l’oeil que nous choisirons : Frangipani Inn. Une Guesthouse aux chambres lumineuses située juste à côté du Mekong.

Le check-in fut à l’image de ce qu’on a vu pour le moment au Laos : amusant. Mieux vaut garder son calme.

Le gars à la réception parlant très peu anglais (comme tous les laotiens que nous avons rencontrés jusqu’à présent), il nous est difficile de nous faire comprendre.

Sur Booking on avait vu une belle chambre à 48€ pour 2 nuits avec un balcon donnant sur les toits de la ville.

Le gars nous fait visiter une chambre triple sans vraiment de vue et un ”balcon” s’avérant être une table et 2 chaises devant la chambre dans le couloir…

Cette chambre ne nous convient pas. On veut voir celle qu’on avait repérée auparavant. 

Le gars nous dit qu’il faudra changer de chambre le lendemain pour celle d’à coté qui est exactement la même. Impossible de lui faire comprendre qu’il suffira de placer les autres gens dans cette chambre vacante.

Un vrai casse-tête à comprendre pour lui.

Tout ceci se faisant bien sûr dans le plus grand calme. Mais il n’arrive pas à saisir l’idée. Au bout d’une bonne dizaine de minutes ça finit quand même par faire tilt !

Notre chambre trouvée, nous partons prendre un petit-déjeuner dans un des petits resto situé au bord du Mekong. C’est vraiment super agréable et on se régale.

On découvre ensuite rapidement la ville avant d’aller prendre possession de notre chambre et prendre enfin une bonne douche.

Nous partons ensuite nous promener dans la ville et traverser l’un des ponts en teck reconstruit chaque année après qu’ils ne soient emportés par les eaux du Mekong lors de la saison des pluies.

La ville est vraiment magnifique. L’autre côté de la rivière est très très calme et vu la chaleur on ne s’y attarde pas vraiment. On s’installe au restaurant Dyen Sabai, bordant la rivière afin de déguster une bonne bière fraîche et un smoothie.

Là encore on a l’impression d’avoir posé une colle au serveur. La bière ça va il a compris mais le smoothie c’est pas gagné. C’est vraiment amusant.

Comme souvent en Asie, ils n’osent pas dire qu’ils n’ont pas compris et revient donc quelques minutes après…

C’est vraiment amusant en fait.

On profite de la belle lumière de fin de journée pour apprécier encore plus cette très agréable ville qui s’anime un peu le soir avec son night market.

On dînera à ????, un resto tenu par 2 française proposant une cuisine franco-laotienne de très bon goût . Un peu plus chère (16€ pour 2 avec 2 Lao Beer Ipa), une entrée et 2 plats), que la Street Food mais hyper abordable quand même, et surtout, quand on verra ce qu’on mangera au cours du voyage, on sera bien contents d’avoir profité un minimum.

Une banana pancake achetée dans la rue plus tard nous voici de retour dans la chambre pour une nuit bien méritée.

 

Vendredi 22 Novembre : Luang Prabang et les Kuang Si Waterfalls

 

Il y a des chutes d’eau assez connues au Laos :  les Kuang Si Waterfalls. L’un des rare site un peu connu du pays finalement. 

Elles sont situées à 30km de Luang Prabang et c’est à scooter que nous avons choisis de nous y rendre.

C’était sans compter sur le fameux flegme laotien. On voulait partir vers 7h mais la location de scooter n’est pas dispo avant 8h. Qu’à cela ne tienne, on profite du petit-déjeuner avant de récupérer le scoot.

La route est très agréable à travers la campagne laotienne. La vie est paisible. On traverse quelques villages quasi déserts avant d’arriver sur le site déjà un peu fréquenté un peu avant 10h.

On laisse le scooter au parking (2000 lak). L’assurance de ne pas se le faire voler (on a lu quelques histoires qui ne tiennent peut-être que de la légende urbaine…).

Il y a plusieurs niveaux avant d’atteindre les dites cascades. C’est très beau. Encore assez calme et peu fréquenté, ce qui nous permet d’apprécier le lieu à sa juste valeur.

Les chutes sont vraiment belles. Pas forcément impressionnantes (on en a vu d’autres), mais le lieu est joli et plaisant. J’imagine aussi que le débit dépend de la saison, j’ai déjà vu des photos avec bien plus d’eau dévalant. Mais du coup l’eau est également moins limpide.

Après le petit pont, un panneau attire notre attention : “only up, no down”. Il n’en fallait pas plus pour qu’on aille voir !

Après une montée assez raide (impossible à faire en cas de pluie), on croise 2 français. Ne sachant pas où on va on leur demande si ça vaut le coup. Ils nous répondent que si on a aimé les cascades on tombera amoureux de ce qui suivra, moyennant de poursuivre notre route sur plus d’1km. C’est parti !!

En fait, la montée arrive en haut des chutes. 

L’endroit est joli et il n’y a personne. On poursuit donc la route en suivant le panneau “spring”.

Après environ 2km on arrive à une “cave” qu’on choisira de ne pas visiter  et d’aller boire un verre au petit resto situé juste à côté.

Il borde une petite rivière qui se trouve en fait être la source des Kuang Si Waterfalls. Un endroit assez magique où l’on retrouve nos 2 français.

On profite largement du lieu en se baignant et en prenant le temps, entouré par des dizaines de papillons tous plus beaux les uns que les autres. C’est assez magique en réalité.

Je n’avais jamais vu ça. On se croirait dans une ferme aux papillons (il y en a une juste avant le site des cascades donc si vous avez envie de les voir dans leur élément naturel vous savez ce qu’il vous reste à faire…).

Nos français nous parlent alors d’un endroit à faire absolument lors d’un séjour au Laos : la boucle de Thakhek. Why not. On a pas définis de programme alors on verra.

Il s’agit d’un road trip à moto de 500km. Ca tombe bien, je n’ai jamais fait de moto !!

En début d’après-midi on décide de rentrer à Luang Prabang afin d’y réserver nos billets de bus pour notre départ du lendemain vers Phongsali et de continuer à profiter un peu de la ville.

Sur la route on s’arrête un instant pour boire un café. Là encore c’est amusant parce que la jeune serveuse ne comprend rien à notre commande, mais ne le montre pas. On demande un Hot Americano et elle nous ramène un Ice Coffee…que n’a t’elle pas compris dans café chaud pour nous ramener un café glacé ? On ne le saura jamais mais c’est franchement amusant. 

On reprend la route quand d’un coup le scooter s’arrête. Juste devant une maison ou des jeunes font la fête en buvant des bières et en profitant d’un barbecue.

Panne d’essence ! La jauge ne fonctionnait pas et on est supposés pouvoir faire plus de 50km avec un plein…

Peu importe. On est vraiment bien tombés. Les jeunes nous invitent à boire avec eux en attendant qu’un enfant aille nous chercher 1l d’essence. C’était vraiment super fun ce petit moment. Personne ne parlait anglais. Mais la bière ça rapproche, même à l’autre bout du monde !!

La chambre étant vraiment très agréable il aurait été dommage de ne pas en profiter un peu avant d’aller assister au coucher du soleil sur le Mekong et d’aller manger dans la rue perpendiculaire au Night Market proposant une street food de qualité (impossible de rater cette rue hyper animée). 

 Plusieurs stands proposent de se servir dans les différents plats préparés pour la modique somme de 20000lak par personne !! 2€ pour une assiette remplie jusqu’à la gueule !

Tout le monde mange ensemble. L’ambiance est super sympa. C’est un joyeux bordel. On accompagne le tout d une bonne bière et d’une brochette de poulet.

Il ne faut vraiment pas avoir peur de ces cantines de Street Food si vous allez en Asie. Et encore moins au Laos. Même si le pays est pauvre, les laotiens sont très propres. Moi qui suis fan de marchés asiatiques, je commence à voir la différence entre les pays.

Un gâteau au chocolat plus tard trouvé dans la même rue et retour à la Guesthouse.

Demain on se lève tôt pour tenter d’assister à ce qui est l’une des ”attraction touristique” de la ville.

 

Samedi 23 Novembre : de Luang Prabang à Phongsali

 

Réveil à 5h30. Ca nous semble être une bonne heure pour assister à la parade journalière des moines parcourant la ville afin de récupérer le riz offert par les habitants.

Ce sera finalement presque trop tard. On ne verra que quelques moines, mais peu importe. Maintenant qu’on est levés on en profite pour poursuivre notre petite balade en montant en haut de la colline surplombant la ville.

Spot apprécié pour le sunset mais qu’on aura choisis de faire tôt le matin afin de profiter de la vue sur les toits de Luang Prabang au calme. 

La montée des marches à la fraîche se fait bien, une petite dizaine de minutes.

Le site est payant mais je pense qu’on peut facilement passer par l’un des autres accès pour éviter de payer (pareil pour les chutes d’ailleurs, mais il faut chercher un peu et je ne vais pas vous mâcher tout le travail non plus…d’autant que les tarifs restent dérisoires et participent à l’entretien des sites, mais on ne fait pas de petites économies…).

En tout cas il serait dommage de se priver de la vue sur cette superbe ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Même si finalement le plus joli côté est un peu bouché par les arbres.

On se balade tranquillement dans Luang Prabang, en visitant notamment le très sympa Morning Market animé avant d’aller reprendre un petit-déjeuner dans le même resto que le 1er jour. Celui de la Guesthouse n’étant pas forcément exceptionnel.

Et pour moins de 10 balles pour 2 pour une omelette, du bon pain, un shake et du thé, on aurait tort de s’en priver.

Le truc relou dans ce type de voyage c’est de devoir quitter la chambre et attendre ensuite de prendre le bus pour la destination suivante.

Le départ est prévu à 15h. Nous voilà donc à la rue.

J’ai bien tenté de demander s’il était possible de faite un check out un peu plus tardif (la gh était loin d’être très fréquentée, mais c’était sans compter sur le fameux niveau d’anglais de nos amis).

Rien de grave. On va trouver une adresse où nous poser en attendant.

Luang Prabang aura vraiment été une étape très agréable du voyage.

Nous permettant de découvrir tranquillement le pays avant d’entrer dans le vif du sujet dès le lendemain.

La ville est résolument tournée vers le tourisme c’est évident. Mais elle a su conserver un charme rare en Asie.

A tel point que j’oserai presque la qualifier de plus belle ville asiatique vue à ce jour. Rien que ça !!

Le passé colonial n’est pas étranger à ça. Mais ce sont surtout les nombreux temples aussi beaux les uns que les autres (on en aura visiter qu’un seul en payant donc difficile de vous en conseiller un en particulier) qui rendent cette ville si incroyable.

Mais pas que.

L’atmosphère et ce côté gentiment ”bourgeois” avec une belle offre d’adresses de charme et de restaurants font de la ville un lieu de villégiature particulièrement apprécié.

On aura regretté de ne pouvoir y repasser un peu de temps. Surtout après ce qui va suivre….

Le tuk tuk passe donc nous chercher vers 15h pour nous amener à la gare routière au nord de la ville.

Vous verrez que les gares routières sont toujours situées en dehors des villes. Plus ou moins loin.

Il n’y a personne à la gare. Juste le mini van (ah oui, on va parcourir le trajet en mini-van, au même tarif que le bus). On s’est demandé pourquoi c’était le même tarif en mini van qu’en bus : en fait c’est juste qu’il y a tellement peu de monde qui se rend à Phongsali qu’ils n’affrètent même pas un vrai bus..

Il faut être stratégique : où se placer dans le mini van ? L’arrière offre 4 places. Sachant qu’on est peu nombreux on se dit que ça peut-être une bonne idée.

On commence donc le début du trajet à 2 sur un siège de 4. Hyper confiants et bien installés.

Mais qu’est ce qu’on est secoués !! Le van ne doit plus avoir de suspensions et la moindre secousse nous fait littéralement bondir de notre siège. Amusant mais si tout le trajet est aussi chaotique ça va être compliqué de se reposer.

Après 20mn de route le chauffeur fait demi-tour. Pour aller chercher des retardataires ! Jamais ce genre de choses ne se passerait chez nous. Plutôt sympa. De toute façon on est plus à ça prêt..

Après avoir mangés nos sandwichs achetés à Luang Prabang (soyez prévoyants, les bus font parfois des arrêts sur la route mais la bouffe ne vous satisfera pas toujours…), et dormis un peu ”confortablement” allongés sur la banquette arrière, le van s’arrête.

Et là, mauvaise surprise : d’autres voyageurs montent dans le van. On se retrouve finalement à 5 sur une banquette de 4…quel bonheur que d’être aussi serrés pour autant d’heures de route.

Mais si encore c’était le pire…

Non, en fait le pire c’est la musique laotienne à fond toute la nuit. On a déjà du mal à trouver une position confortable, alors avec la musique à fond c’est vraiment l’horreur. Même mon iPod ne couvre pas le volume !

Mais on se doit de s’adapter. On a pas le choix de toute façon. Et puis, le chauffeur ne fait pas ça pour nous ennuyer mais pour ne pas s’endormir !

Finalement, la famille à coté de nous descendra un peu avant Phongsali, nous permettant ainsi de nous allonger à nouveau pour quelque temps. Quand on ne décolle pas du siège en plein sommeil à cause des nombreux trous sur la route !

L’état de la route est vraiment catastrophique. C’est le pays le plus lent que j ai visité jusqu’à maintenant. Plusieurs portions n’étant pas goudronnées. Et surtout, on ne fait que traverser des paysages de montagne. La moyenne est donc d’à peine 30km/h !!  Il n’avait que 400km à parcourir, mais à cette allure vous imaginez bien le temps que ça peut prendre…

Nous voilà arrivés à la fin de cette première partie consacrée à Vientiane et Luang Prabang. 
Vous pouvez continuer à lire le récit de nos aventures ici. 

[powr-button id=e3897d77_1578656371098]

CLOSE MENU
Défiler vers le haut