Sri Lanka : Les Montagnes

 

IMG_7615-Modifier-2.jpgIMG_7630-Modifier-2.jpg

 

Mardi 2 Février.  Kandy/Nuwara Eliya

 

Aujourd’hui, nous entamons la 2e partie du voyage : la région montagneuse avec les plantations de thé. Direction la gare de Kandy pour tenter de monter dans le train jusqu’à Nuwara Eliya. Sachez que vous pouvez réserver vos places à l’avance, mais en pratique, celles ci sont bien plus chères, et il faut s’y prendre longtemps à l’avance. Au final, si vous vous présentez au guichet, on vous vendra des places pour la 2e ou la 3e classe. Il n’y a pas de place attitrée dans le train, et encore moins de quotas. Ce qui fait qu’on se retrouve avec un beau bordel, mélange de touristes en groupes désireux de voyager local (mais accompagnés par leurs guides qui s’occupent des bagages…), de locaux, et de Backpackers. C’est la 1ère fois du séjour que l’on voit autant de touristes. En effet, le train fait partie intégrante d’un voyage au Sri Lanka.

Sur ce site vous pouvez trouver les horaires des trains, bien pratique pour s’organiser à l’avance.

Le train de Kandy part à 8h47. Sur nos 4 trajets en train, nous n’aurons eu aucun retard, ou alors de quelques minutes. Après une petite confusion pour accéder au wagon (difficile de se faufiler à travers la foule), nous passerons le voyage en « business class », à savoir sur le marche-pied !! On ne pouvait pas être mieux placé pour apprécier les paysages traversés. Succession de plantations de thé, de forêts, de rizières, ce voyage en train fut l’un des temps fort du séjour. 

 

IMG_7592-Modifier-2.jpgIMG_7580-Modifier-Modifier-Modifier-Modifier-2.jpgIMG_9069-Modifier-2.jpgIMG_7590-Modifier-2.jpg

 

Des vendeurs de Samoussa, de fruits, de cacahuètes et de boissons se pressent tout le long du parcours, inutile donc de prévoir de quoi manger, c’est pas cher, excellent et c’est l’occasion pour eux de gagner leur croûte.

 

IMG_7634-Modifier-2.jpgIMG_9075-Modifier-Modifier-2.jpgIMG_7607-Modifier.jpg

 

Après 4h de trajet, nous arrivons à la gare de Nanu Oya, située à une dizaine de kilomètres de Nuwara Eliya. De nombreux touristes descendent ici, mais la majorité s’arrêtera à Ella. En sortant de la gare, vous pouvez remonter la rue et prendre le bus, il vous en coûtera la modique somme de 44 LKR pour 2.

Pour notre séjour dans « Little England » comme on la surnomme là bas, nous avons choisi de nous faire plaisir en dormant à l’Heritance Tea Factory, un hôtel installé dans une ancienne usine de thé, implanté au coeur des plantations. Un endroit unique au monde qui vaut le coup d’oeil, même sans y dormir. Mais pour cela, il faudra prendre un tuk tuk car il est situé à 15 km de Nuwara Eliya.

Pour les intéressés, il est possible de faire quelques économies en prenant un bus depuis Nuwara jusqu’à la ville de Kandapola, puis un autre bus ou tuk tuk jusqu’à l’hôtel, mais bon, autant ne pas se compliquer la vie. D’autant qu’arriver en tuk tuk devant un si bel endroit est plutôt amusant.

Franchement, ça vaut le coup de casser un peu sa tirelire pour y séjourner une nuit. On se retrouve au milieu de nulle part, dans un endroit avec beaucoup de cachet. Le temps passe bien trop vite d’ailleurs. Entre les promenades dans les plantations alentours et la visite de l’hôtel, on a à peine le temps de profiter si l’on ne reste qu’une nuit.

Par contre, et cela vaudra pour le reste du séjour, on se demande vraiment où sont passées les « Tea Pluckers », les fameuses cueilleuses de thé. On en aura vu quelques unes pendant le trajet en train, mais assez peu en général, alors qu’on voit des plantations de thé partout.

 

 

IMG_7758-Modifier-2.jpgIMG_7761-Modifier-2.jpgIMG_7681-Modifier-2-2.jpgIMG_8051-Modifier-2.jpgIMG_7737-Modifier-2.jpg

A ce propos, puisque notre passion est la photo, je fais un petit aparté sur ce sujet. Nous pensions revenir avec de nombreuses images de ces cueilleuses de thé, et ce ne sera finalement pas le cas. Je tire vraiment mon chapeau à ces photographes qui arrivent à ramener de superbes images de leur voyage. Mais d’une manière générale, les photos « classiques », ou « carte postale » sont souvent mises en scène, ce qui enlève un peu de magie selon moi. Les cueilleuses que l’on a croisé sont des tamoules et leurs conditions de travail sont difficiles, ce qui explique qu’il n’est pas toujours évident d’obtenir un sourire sur les photos, bien qu’elles se prêtent assez facilement au jeu contre un petit billet. Ensuite, il faut en trouver, et comme je l’ai dit, vu la superficie des plantations, mieux vaut se renseigner la veille pour en trouver au bon moment. Le créneau photographique étant assez court, autant dire que l’opération se révèle compliquée.

On les voit également avec de jolies hottes qu’elles doivent remplir d’une vingtaine de kilos de feuilles de thé par jour. En réalité, on en a surtout vu avec des sacs blancs, ce qui est tout de suite moins photogénique, surtout en cas de beau soleil comme ça a été le cas lors de notre séjour. Vous l’aurez compris, ramener de belles images est loin d’être aussi évident que ce qu’on pourrait penser. Alors bien sûr, le but du voyage n’est pas uniquement photographique, mais on aurait aimé pouvoir partager plus de moments avec les cueilleuses.

Si on va un peu plus loin dans la réflexion, nous sommes allés visiter un village autour de l’hôtel. Et comme souvent dans ces pays, il est assez déconcertant de voir le luxe et l’extrême pauvreté se côtoyer d’aussi près. Dans ce village, l’accueil n’était pas des plus chaleureux contrairement à d’autres endroits du pays. Mais les enfants étaient très heureux de se faire prendre en photo. Les plus grands nous en ensuite accompagnés dans les champs de thé. Le problème étant que rien de tout cela n’était gratuit, et il a été difficile de leur faire comprendre que les touristes ne sont pas toujours là pour leur donner de l’argent. C’est un problème qui existe dans de nombreux pays. A la question : « faut il donner de l’argent systématiquement ? », je dirais que non, car certains enfants finissent parfois par gagner plus que leurs parents qui travaillent dans les champs, et cela peut, à plus ou moins long terme, générer des conflits dans les villages. Et si l’on donne un billet à un enfant, il faut donner à tout le monde. Ce qui s’avère bien entendu impossible. Idem pour les bonbons. Ils n’ont pas accès aux soins dentaires, alors autant ne pas en rajouter. La seule chose qui peut être intéressante est d’aller voir le chef du village, ou l’école, et d’aller donner des fournitures scolaires.

 

IMG_7699-Modifier-2.jpgIMG_7702-Modifier-2.jpgIMG_7709-Modifier-2.jpgIMG_7694-Modifier-2.jpgIMG_7692-Modifier-2.jpg

 

Mercredi 3 Février. Nuwara Eliya/Haputale

 

Nous reprenons nos promenades dans les plantations de thé et rencontrons quelques cueilleuses du village, mais une fois de plus, par rapport à la taille des plantations, nous nous attendions à en croiser partout.

Nous sommes en février, Nuwara Eliya est la ville la plus haute du pays (1900m d’altitude), et s’il fait effectivement très froid la nuit tombée, le temps est idéal en journée, et la balade au milieu des plantations est des plus agréable. Le thé offre au Sri Lanka un paysage unique, on a envie de prendre chaque chemin tracé par les cueilleuses pour effectuer leur récolte. Malheureusement, le train pour Haputale nous attend et il nous faut déjà reprendre la route. Notre départ est aussi incongru que notre arrivée, sachant que les clients de cet hôtel disposent tous d’une voiture avec chauffeur ou d’un mini bus climatisé, l’arrivée du tuk tuk et nos gros sac à dos doivent amuser les portiers.

Le trajet en train pour Haputale (moins d’1 euro pour 2), est la juste prolongation de la veille : merveilleux. Toujours installés sur notre marche pied, nous en reprenons à nouveau plein les yeux (dans tous les sens du terme, puisque le train soulève aussi pas mal de poussière). Mais cette succession de champs de thé et de forêts donne envie de prolonger le voyage en train plus longtemps.

Il est évident que cela ne pourrait pas être aussi agréable chez nous où la durée du trajet doit être la plus courte possible alors autant profiter quand on est au Sri Lanka pour savoir prendre notre temps. D’autant qu’en plus des paysages, ce sont aussi les gens que l’on rencontre sur le bord des rails qui rendent le moment encore plus merveilleux. Chaque personne croisée nous renvoient nos sourires et signes de salut.

 

IMG_7619-Modifier-2-c79.jpg

 

Le Lonely Planet se pose la question du « pourquoi les touristes boudent Haputale depuis quelques années pour dormir ». Je dois dire qu’une fois sur place la question ne se pose plus. En comparaison avec la proche Ella, parfait compromis entre authenticité et accueil touristique, Haputale est tout l’inverse. La ville se résume à un petit bourg commerçant le long d’une route. Si nous avions trouvé une guest house de charme, nos impressions auraient pu être un peu différentes, mais ce ne fut pas vraiment le cas. Il faut dire que les propriétaires des gh sont plutôt bons pour faire parler des photos qui n’ont finalement rien à voir avec la réalité.

Cela dit, Haputale est une étape incontournable, ne serait ce que pour son fameux Lipton’s Seat, point de vue majestueux duquel Sir Lipton, dont une statue à son effigie trône désormais là haut, aimait observer les montagnes. Pour y aller, vous pouvez prendre le bus depuis Haputale, un tuk tuk ou louer un scooter. Nous avons choisi le bus, qui est toujours un plaisir sur de courtes distances. Les gens sont avenants et souriants, et toujours prêts à nous aider, comme cet homme assis sur le siège à côté du conducteur qui tenait absolument à nous laisser sa place afin que nous puissions profiter de la vue pendant le trajet. Un cadeau aussi sympathique qu’empoisonné vu la conduite des chauffeurs dans les montagnes…sensations assurées !!

Nous aurions aimé pouvoir monter à Lipton’s Seat à pied, mais il etait un peu trop tard, nous avons donc choisi l’option tuk tuk (800LKR). Si vous choisissez de le faire à pied, comptez au moins 2h30 d’une montée se faisant par une jolie petite route au milieu des plantations de thé. Je regrette de ne pas avoir pu prendre plus de temps pour nous y promener. D’autant que la lumière de fin de journée et l’absence de touristes rendait vraiment l’endroit magique. Difficile de trouver les mots pour décrire le moment, le mieux étant d’y aller !!

Par contre, prévoyez des vêtements chauds, parce qu’une fois là haut, le vent souffle et il fait très froid. La vue est particulièrement belle, dégagée, presqu’à 360° sur les montagnes alentours. Une petite gargote avec un jeune sri lankais maîtrisant toutes les langues (juste les mots qui font rire les touristes évidemment, on appelle ça le sens du commerce…), sert des Samoussas et autres grignotages bienvenus, ainsi que du bon thé bien chaud. Malheureusement, et comme souvent, le temps presse pour pouvoir attraper le bus pour rentrer à Haputale et il est déjà temps de descendre.

Et là, comme souvent dans les voyages, on a eu droit à quelques minutes vraiment magiques, avec une lumière incroyable offerte par les derniers rayons du soleil juste avant qu’ils ne disparaissent derrière les collines.  On a croisé un jeune garçon sorti de nulle part qui rentrait dans son village en traversant les plantations de thé, il était seul, habillé de son petit costume d’écolier. Une jolie rencontre de quelques instants qui nous a donné envie nous aussi de passer par ce petit chemin qui regagnait la route principale un peu plus bas. Magnifique je vous dis….

 

IMG_7895-Modifier-2.jpg

 

Le dernier bus était censé arriver vers 18h15. Mais rien n’était moins sûr. Il arrive qu’il ne redescende pas. La nuit tombe, nous sommes assis devant la Dambatenna Tea Factory, fondée par Sir Lipton en 1890 (visite possible mais l’accueil n’était pas particulièrement bon donc on a laissé tomber). On a le temps d’observer la vie dans le petit village et on se dit que nos vies sont vraiment à des années lumière d’ici. Oubliez la télé, la console, internet et toutes nos distractions possibles dont on ne se rend même plus compte. Même si on est pas dans une tribu lointaine au coeur de la jungle, les différences sont vraiment radicales et intéressantes à observer.

Le bus arrivera finalement 1/2h plus tard. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a de l’ambiance dans les bus sri lankais : enceintes lumineuses répondant au son de la musique locale avec conduite sportive de nuit sur route de montagne étroite; il vaut mieux avoir le coeur bien accroché et ne pas voir ce qu’il se passe côté ravin !!

 

Jeudi 4 Février. Horton Plains/Ella

 

Réveil matinal ce jour pour aller visiter le parc de Horton Plains. Il est conseillé d’arriver sur le site le plus tôt possible afin de bénéficier d’une belle lumière et d’une vue dégagé sur le site de « World’s End », censé représenter l’un des plus beaux point de vue du pays. Départ à 5h pour 1h30 de route. Comme nous, vous pouvez essayer de partager la voiture afin de limiter les frais (la visite des Hortons Plains revient vraiment cher (comptez 50 euros pour 2 pour visiter un site naturel…un comble quand on sait qu’on peut randonner gratuitement un peu partout dans le monde dans des endroits largement aussi beaux).

Cela dit, le site est agréable et propose une végétation assez différente de ce que l’on a pu voir dans le reste du pays. La vue depuis le fameux bout du monde est grandiose et les chutes en fin de parcours offrent un moment rafraîchissant. On se croirait par moment dans la savane, les animaux en moins….N’espérez pas en rencontrer beaucoup, les éléphants ayant vécus là à l’époque ont été décimés par celui qui a donné son nom à l’endroit…un comble !! Pour le reste, on entend bien les oiseaux, on peut y voir quelques cerfs, mais l’endroit vaut surtout pour la promenade nature.

On en ressort assez mitigés finalement. Si c’était gratuit, je dirais que cela doit faire partie de votre itinéraire. En l’occurence, ça ne l’est pas, donc on peut aisément s’en passer au profit d’autres randonnées dans le pays. Il faut ajouter également que dans la mesure où c’est la seule réserve (mais sans réellement voir d’animaux…) dans laquelle on peut se promener à pied et sans guide, cela en fait un lieu très fréquenté.

Info pratique : les Hortons Plains peuvent se visiter depuis Nuwara Eliya ou Haputale, comptez environ 5000LKR pour le véhicule, plus l’entrée. Vous pouvez aussi loger à Ohiya, le train s’y arrête, et l’endroit a l’air plutôt sympa. Au lieu des 1h30 de route, vous aurez 30 minutes en tuk tuk ou voiture. En finissant la visite, vous pourrez ainsi vous faire déposer à la gare et récupérer le train pour Ella, ou Haputale.

Nous pensions passer 2 jours à Haputale, mais partons finalement pour Ella pour notre 2e voyage en train. Celui ci sera un peu moins agréable que les 2 précédents car comme je l’ai dit avant, la plupart des touristes s’arrêtent à Ella, donc le train était bondé. Pas moyen de nous assoir, à part sur les sacs, par terre. Mais il n’y avait qu’une heure de trajet.

Ella est une petite ville très agréable, nichée au coeur de montagnes et de plantations de thé. L’endroit est touristique, mais reste sympathique. Une fois le flot de visiteurs dilué dans les guesthouse et hôtels, la ville retrouve son calme et est animée juste ce qu’il faut. Je ne saurais que trop conseiller la Freedom Guest Inn que nous avions choisi. Si toutes les gh étaient de cette qualité, le choix pour se loger au Sri Lanka serait bien plus simple !!

Idem pour les restaurants. Quand on compare à la relative galère de Kandy pour trouver un bon resto, Ella est le paradis !! Nous avons mangé 3 fois au Fish & Chips Restaurant, qui, comme son nom ne l’indique pas, propose une cuisine sri lankaise. Quand on trouve une bonne adresse, il n’y a pas de raison de changer après tout. Le cuistot prépare les plats juste à côté de nous, et la préparation du Kottu Rotti fait toujours son petit effet. Et ne loupez surtout pas les excellents Banana Rotti !!

 

Vendredi 5 Février. Ella

 

Il est temps de partir à la découverte des environs d’Ella, dont le célèbre Little Adam’s Peak vaut vraiment le détour. Pour y accéder, empruntez Passara Road, une superbe route (ce mot revient très souvent au Sri Lanka) menant à une intersection sur laquelle se trouve la « Ella Flower Garden Resort ». Nous n’y avons pas logé, mais je conseille l’endroit pour sa vue sur Ella Rock.

Le chemin qui monte vers Little Adam’s Peak serpente autour des plantations de thé. La balade est assez facile au début mais se corse un peu ensuite. Nous avons prolongé un peu l’excursion en suivant le chemin depuis le sommet afin de trouver un peu plus de calme. Comptez au moins 2h de randonnée depuis le bas en prenant votre temps. Les gh donnent une carte faite à la maison qui explique l’itinéraire en boucle à faire autour de Ella. Nous poursuivons la route en passant par un hôtel de luxe niché au coeur des plantations où nous avions repérés des Tea Pluckers.

Nous cherchons ensuite l’un des monuments les plus célèbre du pays : Nine Arch Bridge, qui figure sur les billets de 500 si je me souviens bien. Il s’agit d’un pont sur lequel les trains passent. Autant vous dire que si vous avez la chance de voir passer une locomotive à vapeur, vous vous en souviendrez. Nous on l’a juste entendu au loin avant qu’un train « normal » n’arrive, mais le moment reste néanmoins sympathique et rare. Si nous avons loupé son passage, c’est parce que nous sommes tombés sur une minuscule école. Impossible de ne pas s’y arrêter quelques instants. Non seulement les enfants sont adorables dans leur petite tenue d’écolier, mais en plus les mamans nous demandent de les photographier…que demander de plus ?

 

IMG_8127-Modifier-2.jpgIMG_8123-Modifier-2.jpg

 

On peut ensuite retourner à Ella en longeant la voie ferrée qui traverse la jungle. Là aussi c’est quelque chose qu’on ne fait pas tous les jours, mais il nous a fallu marcher presque une heure en plein soleil, prévoyez de l’eau.

 

Capture d’écran 2016-02-19 à 12.39.49.jpg

 

Pour l’après midi nous louons un scooter (n’oubliez pas votre permis de conduire, même s’il ne nous a jamais été demandé). Les alentours d’Ella nous ont éblouis. Imaginez une petite route entourée de montagnes et collines recouvertes d’une végétation tropicale, saisissant !! Une première étape nous mène à la Rawana Ella Cave. Sur les photos, on s’attend à un monastère dans une grotte. Il n’en est rien, mais pour ça, il nous faut grimper les 650 marches bien raides qui mènent à une grotte dans laquelle il n’y a…..rien à voir. A faire si vous êtes un peu sportif et que vous avez envie de calme.

Ce sont ensuite les chutes de Rawana qui nous attendent un peu plus en aval de la route. Nous sommes subjugués par la beauté du paysage qu’il est difficile de décrire à travers de simples mots. Mais vraiment, je ne saurais que trop vous conseiller d’y aller en scooter plutôt qu’en bus (comptez 1000LKR pour la journée de location). D’autant que l’on roule à gauche au Sri Lanka. De ce fait, vous serez côté ravin en allant vers les chutes, et il ne sera pas évident de garder les yeux sur la route tant la vue est saisissante.

Le site des chutes est touristique, mais il y autant de locaux que de touristes donc l’endroit reste sympa. Les chutes en elle même ne sont peut être pas les plus belles ou les plus impressionnantes du pays, mais cela reste un bon but de promenade.

Nous continuerons un peu la balade autour de Ella, mais le temps passe vite et il est temps d’aller manger une dernière fois au Fish & Chips.

Ella aura vraiment été une étape coup de coeur du séjour au Sri Lanka. Nous qui ne sommes pourtant pas amateurs d’endroits trop touristiques, la ville garde vraiment un côté très attractif et typique et marquera une excellente fin de séjour dans cette superbe région avant de prendre la route pour le sud et ses plages.